L’histoire de mon collier : “la belle Fadimata”

English article here

Souvenir d’enfance

L’histoire remonte à quand j’étais à l’école primaire, j’avais à peu près 11ans et j’étais au CM1.
Tout commence dans un livre pour lecture primaire “Pour lire et pour écrire, Editions INDRAP”, qui est un recueil de textes destiné aux élèves du cours moyen.
Parmi ces textes, il y en avait un qui avait pour titre “la belle Fadimata”, ce texte racontait l’histoire d’une jeune fille touareg qui était belle, intelligente et gentille envers tous mais qui n’avait pas pu aller à l’école.
En voici quelques extraits :

Fadimata avait la beauté et l’insouciance de ses seize ans. (…) La tante et la mère de Fadimata ont veillé très tôt à lui donner une bonne éducation. (…) Ses jeunes frères et cousins étaient ravis de sa compagnie et ne la quittaient pas d’un pouce. Malgré leurs chahuts et leurs provocations, la jeune fille ne montrait aucun signe de colère ; elle se contentait de sourire.
Avec Fadimata même les cabris, les agneaux et les veaux étaient à l’aise ; (…) Fadimata serait une élève intelligente et studieuse si elle avait eu la chance d’être inscrite à l’école de son village.
Texte tiré de : Pour lire et pour écrire, CM1, p. 30, INDRAP Niger

Une jeune fille sensible

Ce qui m’a touché chez Fadimata , c’était la sensibilité de son caractère. De plus, le texte était accompagné de la photo d’une jeune fille touarègue et, étant une enfant en ce temps, pour moi Fadimata était réelle et la jeune fille sur la photo représentait Fadimata. Je voyais en elle une amie, une grande soeur à qui je voulais ressembler plus tard.

Mais même si Fadimata était fictive, son histoire est aussi l’histoire de beaucoup de jeunes filles au Niger qui n’ont pas pu être inscrites à l’école. A travers cet article c’est un cri de coeur que je lance pour toutes ces jeunes filles. C’est un devoir de lutter pour que toutes les “Fadimata” puissent aller à l’école.

Inspiration touareg

La croix d’Agadez est un bijou traditionnel touareg qui fait partie de 22 croix dont chacune représente une région du Niger. Mais parmi toutes ces croix, celle d’Agadez est la plus connue. Et personnellement, c’est celle que je préfère.

Donc, je voulais reprendre avec des perles la croix d’Agadez dans un collier. Et comme je fait un dessin afin d’avoir une idée de mon produit final, j’ai voulu représenter le collier sur Fadimata.
Malheureusement, je n’ai pas pu retrouver la photo du livre, donc j’ai utilisé les quelques souvenirs que j’ai encore pour faire ce dessin tout en y représentant mon collier de perles.

image

Réalisation du collier en perles

Maintenant, il me fallait trouver la bonne technique pour que mon collier ressemble le plus possible à la croix d’Agadez. Ce n’était pas facile au début mais après quelques ratés essais, voilà le résultat:

image

À gauche c’est la croix d’Agadez telle quelle est habituellement confectionnée, à droite la croix version Mina Kindo

C’est un motif très agréable à travailler et une fois que j’avais trouvé la bonne technique c’était devenu un jeu d’enfant.
Après avoir terminé le motif, le reste était assez simple.

image

J’ai utilisé deux types de perles pour ce collier. Pour le motif ce sont des perles Toho et pour le tour du cou ce sont des Swarovski Crystal.

Je suis assez satisfaite du collier final, je trouve qu’il se porte bien sur un look traditionnel ou moderne. Tout dépendra de votre feeling.

Un tutoriel pour ce collier est disponible ici.

CET ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ-LE !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l’avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d’avance.

8 thoughts on “L’histoire de mon collier : “la belle Fadimata”

  1. Pingback: The story behind my necklace : “the beautiful Fadimata” – Mina Kindo

  2. Pingback: Tissage de la croix d’Agadez en perles rocailles – Mina Kindo

  3. Magnifique article ! Je me souviens de cette histoire ! Surtout de la partie o% on parle de sa beauté ( son nez aquilin, ses grands yeux ) et aussi de ses plats savoureux ! je voulais les gouter ! Bon quand est ce que je pourraiS acheter tes colliers ?

    Like

  4. Pingback: 1 an aux USA, comment j’ai survécu loin du soleil Nigerien (lol) – Beaded African Jewelry

  5. Très intéressant et j’avoue etre tres emu de cette histoire car je l ai lu moi aussi et ce la seul qui ma vraiment marquée. Je pense un jour quelqu’ un ecrira une livre pour une histoire semblable qu’ on a en vue de lire

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s